Une nouvelle tombe princière celte découverte à Troyes (France) : au centre d’un tumulus de 40 m de diamètre, le défunt et son char reposent au cœur d’une vaste chambre funéraire de 14 m²

Détail du dépôt funéraire : ici, une bouteille en céramique, un bassin en bronze et un couvercle. Fouille de Lavau (Aube), 2015. © Denis Gliksman, Inrap

Une tombe princière celtique du Ve siècle avant notre ère

C’est avec grande émotion, que nous apprenons aujoud’hui, cette nouvelle  découverte qualifiée d’ « exceptionnelle », par l’ l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) qui fouille ce site archéologique depuis la fin de l’année 2014 (octobre) à la demande de l’État. Cette nouvelle tombe se trouve à Lavau, à quelques kilomètres de Troyes. Voici les premières images ( Photo Inrap / Denis Gliksman )

 

Présentation de l’Inrap :Au centre d’un tumulus de 40 m de diamètre, le défunt et son char reposent au cœur d’une vaste chambre funéraire de 14 m², une des plus vastes recensée par les archéologues pour cette période.

La tombe contient des dépôts funéraires d’une richesse digne des plus hautes élites de la fin du premier âge du Fer, dont : un chaudron en bronze, d’environ 1 m de diamètre, doté de quatre anses circulaires ornées de têtes d’Acheloos, dieu-fleuve grec. Le bord du chaudron est également décoré de huit têtes de lionnes. L’œuvre est étrusque ou grecque. À l’intérieur, repose une oenochoé en céramique attique à figures noires : Dionysos allongé sous une vigne fait face à un personnage féminin. Elle est la plus septentrionale à ce jour. Ce service à boisson d’origine gréco-italique reflète les pratiques de banquet des élites aristocratiques celtiques.

Au fond de la tombe, découverte d’un chaudron en bronze, aux anses décorées du dieu Acheloos. Fouille de Lavau (Aube), 2015. © Denis Gliksman, Inrap

La fin du VIe siècle et le début du Ve siècle avant notre ère sont marqués par le développement de l’activité économique des cités-états étrusques et grecques d’Occident, Marseille en particulier. Les commerçants méditerranéens entrent en contact avec les communautés celtiques continentales. Celles maitrisant les voies naturelles de communication voient leurs élites acquérir de nombreux biens de prestiges dont les plus remarquables sont retrouvés enfouis dans de monumentales tombes tumulaires – à La Heuneburg et Hochdorf en Allemagne par exemple, à Bourges, Vix et maintenant Lavau.”

Source : > page facebook de l’INRAP